RÉORIENTER LA LUMIÈRE
 

Orienter l'énergie émanant d'un corps agissant sur la rétine de manière à rendre les choses visibles.

" Il m'est arrivé un jour, convié à une réunion de thé, de m'y voir présenté du miso, et cette soupe bourbeuse, couleur d'argile, que j'avais toujours consommée sans y prêter attention, je lui découvris soudain en la voyant, à la diffuse lueur des chandelles, qui stagnait au fond du bol de laque noir, une réelle profondeur et une teinte des plus appétissantes. "

Extrait de L'éloge de l'ombre, de Junichirô Tanizaki

SE DÉPLOYER
 

S'étendre, se développer, s'ouvrir, se manifester, s'étaler dans toute son intensité, se montrer : Déployer une activité fébrile qui dans les conditions nécessaires et l'effort prend sa dimension réelle.

" C'est merveille combien peu il faut à nature pour se contenter, combien peu elle nous a laissé à désire ... "


Extrait de Les Essais (Version en français moderne, de Pascal Hervieu – Flammarion 2009), de Michel de Montaigne

REJOINDRE L'ÉLAN VITAL
 

Venir en contact avec un processus créateur imprévisible, réalisant des instincts nouveaux, des organes qui n’existaient pas, créant, grâce à sa spontanéité, des formes complexes et inattendues, que de simples combinaisons mécaniques ne sauraient expliquer.

" L'intelligence dans ce qu'elle a d'inné est la connaissance d'une forme, l'instinct implique celle d'une matière. "


Extrait de L'Evolution créatrice, de Henri Bergson

SANS AUTORISATION2019
Vidéo,
13 min.
Avec la participation de la déchetterie de Mauges sur Loire.

 

Face à mon atelier du Point Éphémère (Paris 11ème), il y avait sur le même quai (de Valmy) des camps de migrants et les encombrants. 

Un jeu du chat et de la souris perpétuel entre ceux qui escaladent les grilles pour récupérer des meubles sans être vus et les gardiens de contenaires remplis de meubles.

Je n'ai pas reçu l'autorisation de filmer ce cycle infernal qui finissait par la destruction des camps et recommençait par leur réapparition dès le lendemain.

Les meubles ne disparaissent pas en les jetant, ils ne sont pas transformés, ou recyclés.

Ces objets fonctionnels sans fonction restent là, sans but, sauf pour ceux qui ont tout quitté et pour qui un meuble est un meuble.

400 000 COCONS2017
Installation en cocons de soie, soie tissée, mat de drapeau et durcisseur textile naturel,
dimensions variables.

 

Invité en 2017 à créer une installation au Filatoio di Caraglio, ancienne usine de fil de soie aujourd'hui métamorphosée en centre d'art contemporain, j'ai été frappé par l’absence de transmission du passé de ce lieu à la nouvelle génération d'habitants. Comme si ce passé ne devait pas être révélé. 

J'ai peu à peu compris la raison : les employées, toujours des femmes, qui manipulaient ces cocons de papillons gardaient cette odeur si forte sur elle et ne pouvaient échapper à leur travail. Très peu payée, chacun savait ce qu'elles faisaient et qui elles étaient. Un travail physique, éprouvant et perçu comme dégradant.

J'ai compté combien de cocons une de ces femmes avait pu éffilé durant sa vie de travail : environ 400 000. Un cocon éffilé représente 1000 mètres de fil, ce qui veut dire que ces femmes ont chacune tissé un fil de 400 000 km durant leur vie, soit un fil entre la Terre et la Lune.

Cette installation est conçues pour visualiser leur vie de labeur et tenter de donner un sens à ce passé oublié.

EURÊKA2017
Ensemble de 5 sculptures en soie et durcisseur textile naturel,
dimensions variables.

 

Dans un lieu autrefois dédié au travail de la soie, mais aussi emprunt à une tradition chrétienne (la chapelle privée du directeur est au cœur du lieu), comment renouer avec le sacré, en y alliant non pas une religion mais une symbolique propre à l'activité qui s'y déroulait ?

Depuis longtemps, les solides de Platon représentent à mes yeux l'alliance parfaite de la connaissance et du symbole : d'après le philosophe, le monde s’appuie sur cinq éléments essentiels : le Feu, l’Air, l’Eau, la Terre et l’Univers. Il associe à chacun d’eux un polyèdre régulier inscriptible dans une sphère. Toutes ses faces sont des polygones réguliers isométriques : tous les côtés sont de même longueur et tous les angles sont de même mesure. Il en existe cinq et cinq seulement possédant de telles propriétés : le tétraèdre, l'octaèdre, l’icosaèdre, le cube et le dodécaèdre.

Les sculptures de la série Eurêka figent l'instant où la matière, le tissu, dont on cherche depuis toujours à figer la texture dans la pierre, retrouve sa matière originelle et converge avec mon admiration pour ces solides en un monument fragile au passé de ce lieu.

NAVETTE, 2017

Vidéo,

4 min 15.
Images : Bruno Caravella, Montage : Elisabeth Caravella.

 

Les premiers ordinateurs ont été inspirés directement par les métiers à tissés. 

Dans une salle du Filatoio de Caraglio, un de ces anciens métiers en bois peine à trouver des mains qui savent le mettre en marche. 

Pourtant c'est une part de notre histoire, technique, sociale et notre porte d'entrée vers la découverte de l'espace que contient cette machine.

La pièce de bois que l'on lance pour faire passer le fil qui relie l'ouvrage s'appelle d'ailleurs une navette.

J'ai filmé cette pièce à l'ouvrage, et la machine, comme si il s'agissait un véhicule spatial, sur fond de communication entre la Terre et Appolo 11, reliant ce passé originel et l'espace qu'il a permis d’ouvrir.

TORSION UV2017
Installation de 40 mètres de soie torssioné à l'extrême et miroirs trouvés dans les granges du Filatoio di Caraglio,
Dimensions variables.

 

Rendre hommage à un lieu c'est comprendre son origine mais aussi ses évolutions. Le filatoio était une usine de soie à l'origine mais à sa fermeture, un antiquaires est tombé amoureux du lieu et avait le projet fou de, seul, lui redonner vie.

C'est un lieu immense, et il a commencé à s'installer dans les dépendances pour commencer son projet de réhabilitation. Il n'a pas trouvé les fonds, n'a pu allé au bout de son projet. Il a laissé des meubles et des miroirs après son départ.

J'ai voulu rendre hommage à son abnégation en recréant la performance Torsion : j'ai réuni 40m de tissu, qui représentent la distance du chemin à parcourir pour découvrir l'ensemble des espaces du lieu et les ai tordus à l'extrême. La torsion qui en résulte était exposée dans une pièce dont il avait fait son bureau, éclairée à la lumière noire et entourée des miroirs qu'il avait laissé. J'ai crée les conditions que j'imaginais idéal pour qu'il fasse, auprès des spectateurs, une apparition car c'était pour moi le seul instant où quelqu'un mettait en valeur, malgré l’échec, son projet mêlant mémoire et avenir.

A DAY'S PLEASURE2015 - 2016

Installation : animation vidéoprojetée et chaise de plage automatisée et animée via mouvements scolastiques,

dimensions variables.

​En collaboration avec Christian Laroche.

A DAY’S PLEASURE
by Charles Chaplin
Motion Picture: Copyright © 1919 Roy Export S.A.S. All Rights Reserved. 
Renewed : Copyright © 1946 Roy Export S.A.S. All Rights Reserved. 
Motion Picture with Soundtrack: Copyright © 1975 Roy Export S.A.S. All Rights Reserved.

Avec l’autorisation et le soutien de Roy Export S.A.S, la famille Chaplin et MK2.

 

Je regardais un documentaire sur le cinéma burlesque qui m'a bouleversé. Une scène montrait Charlie Chaplin escalader une façade et se tenir à une des aiguilles de l'immense horloge. La voix off expliquait qu'il avait le bras cassé au moment du tournage. La suite de ce documentaire n'était que démonstration de l'implication immense de Chaplin au nom du rire, du divertissement. Comment avait il réussi à nous faire croire que tout était si facile, nous laissant, à nous spectateurs, le seul plaisir de regarder avec légèreté. 

Je me suis plongé dans son univers, ne voyant plus le divertissement mais imaginant à chaque séquence que je découvrais le travail fourni, l’abnégation et ne vis Chaplin plus comme un amuseur mais comme un artiste qui torturait le réel, sa matière, pour la modeler. 

J'ai découvert l'un de ses premiers films, A Day's Pleasure (1916), où l'on suit Chaplin et sa famille profiter d'un jour de RTT à bord d'un bateau de plaisance. Une scène particulièrement m'a bouleversé : lorsqu'il essaye désespérément de déplier une chaise de plage. Je n'ai pas pu rire, concentré sur la chorégraphie qu'il avait imaginé et réalisé pour cette scène. 

J'ai récupéré cette séquence où j'ai détouré image par image cette chaise et l'ai peinte en blanc, comme si Chaplin modelait la matière tel un artiste dans l'atelier.

J'ai également collaboré avec Christian Laroche, Géo-trouve-tout qui connait aussi bien la programmation informatique que la peinture en trompe-l'oeil et nous avons recrée cette chaise de plage. Elle est programmée pour reproduire les mouvements du film puis, grâce à un assemblage de mécanique et de programmation aléatoire, crée au fil du temps sa propre chorographie.

Le mk2, propriétaires des droits vidéos en France, et la famille de Charlie Chaplin, m'ont offert le droit d'exploitation des images et du son de ce film, comprenant l'esprit de ce travail, un hommage vivant : Chaplin n'est plus la, mais ses films et cette chaise continue de travailler à cette légèreté apparente.

L'ADRESSE - le film2013
Vidéo,
13 min 36.

 

Ma dernière visite à l'usine de Mouson, après la fermeture définitive. Aujourd'hui les employés qui sont restés vivre à Mouson on crées un musée du feutre. 

L'adresse est un mot qui s'emploie pour désigner l'agilité de la main et l'adresse postale. Ce sont ces deux éléments qui restent aujourd'hui, les deux seuls témoins de cette usine au 11 000 emplois aujourd'hui abandonnée.

Une production la petite prod.

L'ADRESSE - Empreinte2013
Peinture murale en spray par pochoir de chute de feutre,
9 * 3 m.
L'IMAGINATION DE LA NATURE M'EFFRAIE2016
Installation in situ et sculptures,
dimensions variables.